Une conférence queer sur les jeux vidéo s’amène à Montréal

publié le 06 09 2018
L'actualité dans l'industrie
Nouvelles de Tourisme Montréal
Quoi de neuf à Montréal?
Tendances et technologies

par Richard Burnett

Montréal accueillera la cinquième édition de la conférence Queerness & Games (QGCon) à l’Université Concordia, les 29 et 30 septembre. L’événement international de deux jours rassemblera des concepteurs de jeux ainsi que des universitaires qui discuteront des questions LGBTQ dans l’industrie du jeu vidéo.

QGCon, c’est quoi?

QGCon a vu le jour à l’Université de Californie, à Berkeley, en 2013, puis a déménagé ses pénates à Los Angeles en 2017. Montréal est donc la première ville à l’extérieur des États-Unis à accueillir l’événement. Et le fait que la ville soit une destination LGBTQ célébrant la diversité et qu’elle abrite un Village gai important et vibrant n’est certainement pas étranger à la décision. De plus, Montréal côtoie Tokyo, Londres, San Francisco et Austin au sein des 5 plus importants pôles du jeu vidéo de la planète.

La cofondatrice de QGCon, Bonnie Ruberg, a indiqué aux participants et participantes en 2014 : «QGCon est un bastion de l’idéalisme dans une mer turbulente belle mais inquiétante. Nous nous trouvons à un moment difficile mais charnière de l’histoire des jeux vidéo, alors que les créateurs de jeux qui nous donnent certains des exemples les plus puissants de notre industrie mettent aussi en jeu leur sécurité, simplement en présentant leurs créations. Je ne vous apprends rien en vous disant qu’il est difficile d’être gamer et queer. La communauté du jeu et l’industrie a erré pendant des années avec des pratiques homophobes et d’exclusion. Les hommes hétéros, blancs et cisgenres ont longtemps dominé le paysage de l’industrie. Comme le GamerGate l’a démontré, il faut du courage pour parler de diversité dans cet environnement hostile. Aujourd’hui plus que jamais, il est primordial de créer des espaces sécuritaires afin de discuter des différences liées à la sexualité, au genre et aux races dans l’industrie du jeu vidéo.»

Conférences, tables rondes et ateliers

QGCon présente quelque 40 conférences, tables rondes et ateliers donnés par des universitaires, des membres de l’industrie, des activistes et des artistes. Parmi les faits saillants, notons l’atelier Learn to Create Characters and Worlds that Centre Racialized Identities (Apprendre à créer des personnages et des univers qui représentent les personnes racisées) de Gabriela Aveiro-Ojeda et Leisha Riddel; la table ronde Getting Out of Harm’s Way: Queer Considerations of Trauma in Video Games (Sortir de Harm’s Way : les considérations queer après les traumas causés par les jeux vidéo) avec Zachary Harvat, Lindsay Cannon et Misha Grifka; et les conférences Portrayals of BDSM in Games (La représentation du BDSM dans les jeux vidéo) de Bobbi A. Sand, A Qualitative Study of Transmasculinity in the Games Industry and Games Journalism (Une étude qualitative de la transmasculinité dans l’industrie du jeu et le journalisme) d’Adrienne Shaw, Queering the Links Between Sexual Orientation and the Female Gamer Identity (Les liens queer entre l’orientation sexuelle et l’identité gamer féminine) d’Emma Vossen et Queering Narratives Through Modding Communities (Réalités queer dans les communauté de modding) de Klew Williams.

Qui peut participer?

QGCon est ouverte au public et offre un endroit sécuritaire aux gamers d’identités sexuelles et de genre diverses. Le prix des billets varie (gratuit à 300 $) et les participants peuvent payer ce qu’ils et elles peuvent. L’événement souligne que «toutes les personnes inscrites se voient offrir le même accès à l’événement. Payer moins n’affectera pas votre expérience.»

Concordia et Montréal

L’Université Concordia est un centre de savoir et de recherche avant-gardiste qui figure parmi les 4 universités majeures et 11 centres d’éducation supérieure de Montréal. Avec 46 000 étudiantes et étudiants, l’université est un vecteur de changement à Montréal, mais aussi ailleurs sur la planète.

Concordia propose des programmes variés dans le domaine du jeu vidéo, du baccalauréat en informatique (Jeux sur ordinateur) à la mineure en design de jeu qui «permet aux étudiants d’apprendre en profondeur grâce à la théorie et à la pratique du design de jeu, avec un accent sur la création active de jeux vidéo».

Le centre TAG (Technoculture, Art and Games) de Concordia est un laboratoire de recherche reconnu internationalement. Et l’université est réputée autant pour ses bourses liées aux jeux vidéo que pour la création de jeux en tant que tel.

Pour plus d’information sur la Queerness & Games Conference (QGCon), visitez le qgcon.com.

À lire également : Apprenez à connaître le drapeau et les armoiries de Montréal

Découvrez d'autres raisons pour lesquelles Montréal est votre meilleur choix