Le lien de Kamala Harris avec Montréal

publié le 17 août 2020
Quoi de neuf à Montréal?

Kamala Harris a fait la une des médias du monde entier lorsqu’il a été annoncé qu’elle se présenterait comme candidate à la vice-présidence pour le Parti démocrate aux élections américaines de 2020. Son nom a immédiatement été diffusé dans tous les grands journaux internationaux et elle est rapidement devenue le sujet numéro un sur Wikipédia. Et pour cause : Harris est la première Afro-Américaine, la première Asio-Américaine et la troisième femme à se présenter à la vice-présidence sous l’étiquette d’un grand parti. Bref, elle entre dans l’histoire.

Des racines montréalaises

Harris a un lien particulier avec Montréal : elle y a vécu pendant son adolescence. De la septième année à la fin du secondaire, Harris et sa famille ont vécu à Montréal, plus précisément dans le quartier de Westmount. En 1981, Harris a obtenu son diplôme du Westmount High School, établissement que Leonard Cohen avait fréquenté quelques décennies auparavant.

La famille a déménagé à Montréal — du lieu de naissance de madame Harris à Oakland, en Californie — lorsque sa mère, spécialiste du cancer du sein, a accepté un poste de recherche à l’Hôpital général juif et un poste d’enseignement à l’Université McGill.

Certes, la transition de la Californie tempérée à l’hiver montréalais a été difficile. Dans ses mémoires, Harris écrit : « Ma mère a essayé de faire passer cela pour une aventure, en nous emmenant acheter nos premières vestes et mitaines en duvet, comme si nous allions être des explorateurs dans le grand hiver nordique ».

Après le secondaire, Harris est retournée dans le Sud pour faire des études à l’université Howard de Washington D.C.

Montréal s’enthousiasme

Le fait d’avoir vécu en dehors des États-Unis — même juste de l’autre côté de la frontière, au Canada — n’est pas nécessairement un sujet de discours pour un politicien américain. Ainsi, nous n’entendrons probablement pas Harris mentionner ses liens avec Montréal, à tout le moins, pas dans un avenir immédiat.

Et s’il est peut-être inexact de prétendre que Harris est une « Montréalaise », la ville est fière de ses liens avec celle-ci. Des personnalités locales, comme la mairesse de Montréal, Valérie Plante, n’ont pas tardé à lui exprimer leurs félicitations pour cette nomination historique.

Madame Harris, nous souhaitons vivement vous revoir bientôt à Montréal.

3 endroits à Montréal où Harris a pu déambuler

 

Parc Westmount. Dix hectares d’espaces verts au cœur de Westmount en font un lieu de rassemblement de choix. Au printemps, en été ou en automne, vous y trouverez des gens qui se baladent, jouent au tennis ou se prélassent sur une couverture sur l’herbe.

Bibliothèque publique et serres de Westmount. Au cœur du quartier où Harris a fait ses études secondaires, cette bibliothèque communautaire a été construite il y a plus de 100 ans. La serre est un espace luxuriant et magnifique pour les petites réceptions privées.

Université McGill. Classée parmi les meilleures universités du monde, McGill est dotée d’un campus bucolique, situé au centre-ville, qui conjugue des exemples d’architecture du Vieux Monde à travers de nombreux bâtiments. Pour un événement, la Maison Thomson offre une ambiance de vieille école et des vues exceptionnelles. Planifiez-vous d’organiser un événement important ? Le stade Molson peut accueillir des événements sportifs ou culturels de grande envergure grâce à ses 25 012 sièges. Harris a forcément passé du temps sur le site de l’université McGill, où sa mère était enseignante.

 

À lire également : Montréal nommée meilleure ville étudiante des Amériques pour la quatrième année consécutive !

Découvrez d’autres raisons pour lesquelles Montréal est votre meilleur choix

[COVID-19] Pour vous tenir au courant de la situation actuelle
En savoir plus