6 techniques de remue-méninges qui fonctionnent vraiment

publié le 26 06 2018
Tendances et technologies
Travailler mieux

Pour beaucoup d’entre nous, le remue-méninges est devenu synonyme de perte de temps. Pourquoi ? Parce que l’activité se transforme souvent en compétition pour faire entendre nos voix. Les gens extravertis (lire : doués d’une voix puissante) dominent la salle, et, à vrai dire, ils n’ont pas toujours les meilleures idées. Ou peut-être que le problème est le facilitateur qui n’est pas capable de garder le groupe centré sur le dossier faisant l’objet de la discussion.

Mais le processus pour générer de nouvelles idées n’a pas à être frustrant. Certaines techniques peuvent être utilisées pour s’assurer que chaque voix est entendue, tout en encourageant les membres de l’équipe à penser au-delà des paradigmes traditionnels. En effet, le remue-méninges peut être créatif sans être compétitif.

Voici six techniques de remue-méninges qui vous donneront une bonne récolte d’idées novatrices. 

LE BRAINWRITING (LA TECHNIQUE 6-3-5)

Développé en Allemagne dans les années 1960, le Brainwriting est une méthode pour rassembler un maximum d’idées en 30 minutes. Guidés par un modérateur, six participants doivent écrire trois idées sur une feuille de papier en l’espace de cinq minutes — d’où le surnom « 6-3-5 ». Après les cinq premières minutes, chaque participant passe sa feuille de travail au participant assis à sa droite. L’activité se poursuit jusqu’à ce que chaque feuille de travail ait fait le tour de la table. En théorie, 108 idées peuvent être générées en 30 minutes !

Avantage : Assure que les voix timides (les introvertis) ont des chances égales de partager. 

L’EFFET MÉDICI

Dans son livre, The Medici Effect, l’entrepreneur Frans Johansson affirme que l’innovation vient de l’intersection de diverses industries et disciplines. Dans cette optique, la technique de remue-méninges Medici Effect intègre l’idée d’« emprunter » à d’autres disciplines ou organisations. Lorsque votre groupe se réunit, commencez par définir le problème à résoudre. Demandez-leur ensuite ce que ferait une organisation dans une autre industrie. Par exemple, que ferait Apple ? Comment Nike gérerait-il le déficit de financement ? Quelles stratégies de communication la Croix-Rouge mettrait-elle en œuvre ? Comment Abraham Lincoln s’y prendrait-il pour faire augmenter l’adhésion ?

Avantage : L’emprunt de techniques réussies signifie que vous n’avez pas à réinventer la roue. 

LES MAUVAISES IDÉES EN PREMIER

Cette tactique est simple, mais efficace. Passez 10 minutes en encourageant les participants à fournir autant de « mauvaises idées » que possible. L’exercice est un moyen parfait pour briser la glace parce qu’il supprime la peur de l’échec et fait parler les participants. Fait intéressant, certaines de ces mauvaises idées pourraient s’avérer ne pas être si mauvaises après tout.

Avantage : Fait une place à l’humour et à une participation sans complexes. 

MÉTHODE SCAMPER

La méthode SCAMPER aide les équipes à réfléchir à l’aide de sept types différents de questions, ce qui vous aidera à comprendre comment vous pouvez innover et améliorer les produits, services, problèmes et idées existants. Avec le bon leadership, SCAMPER est facile à utiliser, ce qui en fait un outil efficace à la fois pour l’idéation et la résolution de problèmes.

Avantage : Une technique de pensée latérale qui défie le statu quo. 

COMBINAISONS ALÉATOIRES

C’est une autre technique simple pour susciter de nouvelles idées. Tout d’abord, l’animateur demande aux participants d’écrire sur des feuilles de bloc-notes (Post-it) des mots simples ou des concepts relatifs au problème ou au sujet. Par exemple, dans un remue-méninges d’une association sur l’augmentation de l’adhésion, il pourrait s’agir de mots comme « frais », « réseautage », « pas de temps », « communauté ». Puis, au hasard, l’animateur prend deux feuilles et les place ensemble. Le groupe utilise la combinaison pour développer des idées.

Avantage : Simple et rapide. 

TECHNIQUE DU STARBURSTING

Dans cette technique, vous commencez avec un dessin d’une grande étoile à six branches. Écrivez le problème central de votre remue-méninges au centre, puis sur chaque branche de l’étoile, écrivez six questions de base (qui, quoi, où, quand, pourquoi et comment) à étoffer par rapport au problème central. Avec la technique Starbursting, les participants attisent leur créativité d’abord en établissant des questions plutôt que de fournir des réponses instantanées. Une fois les questions posées, utilisez-les pour stimuler la discussion.

Avantage : Encourage les participants à étudier un problème sous divers angles. 

Découvrez d'autres raisons pour lesquelles Montréal est votre meilleur choix