5 raisons pour lesquelles Montréal ouvre la voie en matière d’IA

publié le 08 11 2018
L'actualité dans l'industrie
Nouvelles de Tourisme Montréal
Quoi de neuf à Montréal?

On voit bien, partout en ville, que Montréal joue un rôle de premier plan en recherche et développement en intelligence artificielle. Hôte de groupes de réflexion de renommée internationale et de grandes entreprises à la fine pointe de l’innovation, Montréal est une plaque tournante de l’intelligence artificielle. Voici cinq raisons qui expliquent ce fait.

01. Montréal : ville de sciences et de savoir

L’apprentissage et la science font partie de l’ADN montréalais et la ville figure à l’avant-garde de la neuroscience, de la recherche en oncologie et traitement du cancer, de l’aérospatiale et de l’enseignement supérieur (sans oublier une présence constante au sommet de la liste des meilleures villes du monde pour les étudiants). La soif des Montréalais pour tout ce qui est nouveau maintient la ville à la fine pointe dans de nombreux domaines et nous avons récemment parlé de certaines des réalisations locales dans le domaine de l’IA.

Cette fière histoire a fait de Montréal une plaque tournante mondiale de la recherche et de l’éducation en matière d’intelligence artificielle, accueillant des organisations telles que l’Institut de valorisation des données (IVADO), dont les travaux sur les mégadonnées et l’IA sont financés à hauteur de millions de dollars, et le MILA (Montréal Institute for Learning Algorithms) de l’Université de Montréal, où œuvre chaque jour le groupe de chercheurs en apprentissage profond le plus célèbre - et le plus important du monde, incluant le chercheur vedette, Yoshua Bengio.

02. On y trouve les poids lourds

Peu de villes comme Montréal peuvent se vanter d’avoir une liste des plus grands acteurs du monde en IA, dont les découvertes influencent et se développent en fonction des proximités locales. De gros joueurs comme IBM (qui travaille directement avec MILA), Jumio (qui travaille sur la vérification des identités et l’apprentissage automatique dans leur nouveau laboratoire d’IA), Google (qui a donné 4,5 millions de dollars à MILA et lancé ici un laboratoire de recherche Google Brain en AI dirigé par Hugo Larochelle [spécialiste de l’apprentissage profond], Samsung [dont le laboratoire d’IA à l’UdeM est directement relié à l’Université nationale de Séoul], Microsoft [derrière une injection de 135 millions de dollars dans l’innovateur Element AI], Thales [dont le centre de recherche sur l’intelligence artificielle cortAlx] collabore avec MILA) et Facebook (dont le laboratoire de recherche FAIR est dirigé par la réputée chercheuse Joëlle Pineau de l’Université McGill) sont tous actifs dans la ville, assurant ainsi à Montréal une place de premier plan en IA.

Au total, plus de 91 000 travailleurs qualifiés répartis dans 5 000 établissements ouvrent la voie à l’avenir. Près de 9 000 étudiants de niveau universitaire dans les domaines de l’IA et des programmes liés à la formation à la transmission de données se joignent à eux — tous résidant à Montréal.

03. Aide financière

En tant que province, le Québec a beaucoup investi dans le développement de l’IA à l’intérieur de ses frontières. La grappe industrielle d’IA a reçu 100 millions de dollars pour inspirer davantage la collaboration et la connectivité au sein d’un secteur en croissance constante, tandis que la Stratégie pancanadienne en matière d’intelligence artificielle a reçu 40 millions de dollars supplémentaires pour des recherches menées par le MILA.

De plus, l’Université de Montréal a reçu du Fonds d’excellence en recherche Apogée du Canada (budget de 900 millions $) 93,5 millions de dollars et l’Université McGill 84 millions de dollars pour leurs projets liés à l’IA, démontrant ainsi la reconnaissance nationale de Montréal comme plaque tournante dans le domaine. Ce sont des financements comme ceux-ci qui maintiennent Montréal au premier rang des centres de recherche universitaires au Canada.

04. Une scène de startups pas comme les autres

Avec des centaines de startups œuvrant en IA à Montréal, la ville est également un haut lieu pour les initiatives de toute taille visant à capturer l’imagination du monde. Parmi les plus connues figurent Element AI, le constructeur de robots de reconnaissance vocale Automat, l’algorithme de développement commercial de Fuzzy.ai, les systèmes d’analyse d’imageries médicales d’Imagia, la plate-forme de recherche Coveo utilisant l’analyse de la performance de l’IA, et la voix multilingue de Fluent AI, un système de reconnaissance vocale et encore plusieurs autres qui se manifestent chaque mois.

05. Développement responsable de l’IA

Berceau de la Déclaration de Montréal pour un développement responsable de l’intelligence artificielle (rédigée lors du Forum sur le développement socialement responsable de l’intelligence artificielle organisé au Palais des congrès de Montréal, à la fin de 2017), Montréal a également adopté une approche responsable sur le développement futur de l’IA. Dans ce contexte, il n’est pas surprenant que la place de la ville à l’avant-garde des initiatives internationales en matière d’IA se confirme. Montréal a récemment été désignée ville hôte du Sommet mondial de l’intelligence artificielle jusqu’en 2021, de l’édition 2018 de la Conference on Neural Information Processing Systems (NIPS) ainsi que de l’édition 20121 du congrès de l’International Joint Conference on Artificial Intelligence (IJCAI).

À lire également : 3 startups, fondées par les femmes, qui combinent innovation et écologie

Découvrez d’autres raisons pour lesquelles Montréal est votre meilleur choix.